Les Mormons et leurs Centres de lecture

Comprendre :

  • pourquoi les Mormons s’intéressent-ils tant à la généalogie ?
  • que font-ils ?
  • comment profiter de leurs travaux ?

Les Mormons forment une église (et non une secte) chrétienne, de son vrai nom « Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers-Jours ».

 

Leur religion ne leur a été révélée qu’en 1827, ce qui fait que leurs ancêtres n’ayant pu la connaître n’ont pu être « sauvés » selon son dogme.

De ce fait, les Mormons ont très vite décidé de rechercher leurs ancêtres (à qui ils doivent la vie), pour leur proposer des baptêmes nommitatifs et a posteri (estimant que là où ils se trouvent, ces ancêtres ont toute latitude pour accepter ou refuser ces baptêmes qui leur sont proposés). Il leur faut donc pour cela identifier leurs ancêtres et faire de la généalogie.

 

Emus par les conséquences des bombardements américains au Japon en 1945, et par la menace pesant sur le patrimoine archivistique mondial, les Mormons ont décidé de le protéger.

Pour cela, ils ont passé des accords officiels avec les gouvernements de tous les pays, pour sa voir autoriser à microfilmer leurs archives, afin d’en stocker un exemplaire sous abri anti-atomique, dans leur ville capitale de Salt-Lake-City, aux Etats-Unis.

 

Avec la France, cet accord, passé en 1950 et avalisé plus tard par la CNIL, a valu à ce jour le microfilmage des archives de l’état civil et paroissiales des trois quarts de nos départements, dont les services d’Archives conservent un exemplaire des microfilms réalisés.

 

A partir de 1980, les Mormons ont par ailleurs ouvert, dans les principales villes, des Centres de lecture, où chacun (membre de leur église ou non) peut en principe venir commander (moyennant prix de participation – modique – à l’expédition) et venir ensuite consulter le ou les microfilms des communes l’intéressant. Devant l’afflux de chercheurs, une politique restrictive les a cependant récemment conduits à souvent limiter ces services, sauf en principe pour les microfilms consacrés aux pays étrangers.

 

Le généalogiste, à tout instant, peut profiter de leurs travaux, essentiellement par la consultation des microfilms qu’ils ont réalisés, soit aux Archives départementales, où ces derniers ont généralement remplacés les documents originaux, par trop fragiles, soit à la Genealogical Library de Salt Lake City, soit plus simplement dans leurs Centres de lecture, en France, au sujet desquels on trouvera tous renseignements (adresses et coordonnées) sur leur site dont http://www.eglisedejesuschrist.fr.