L’observation des suffixes

 

Même si l’orthographe des noms de famille n’est pas fiable, préfixes et suffixes n’en seront pas moins d’excellents marqueurs d’origine géographique.

 

Les principaux suffixes :

  • az  : ancienne Savoie,
  • aert  : Flandres,
  • as  et - ias  : Auvergne et surtout est du Puy-de-Dôme,
  • asc  et asque  : Sud-Est,
  • aud, - ault  : bassin moyen de la Loire, Berry, Touraine, Orléanais, Charolais (ce-dernier, plutôt - aud ),
  • dan  : Pyrénées,
  • eau  : Poitou, Vienne, Deux-Sèvres, Charente, Charente-Maritime, Vendée, Maine-et-Loire, Loire-Atlantique,
  • eaux  : Ardennes,
  • ec  : Bretagne,
  • el  et - elle  : Normandie et Ille-et-Vilaine. Attention : la forme « -el » était autrefois couramment rencontrée partout, en tant que forme ancienne de « -eau » : Morel/Moreau , Nouvel/Nouveau, Loisel/Loiseau, Lebel/Lebeau…
  • enc  : Midi,
  • esson  : Aube, Marne, Aisne, Meuse et nord de la Côte-d'Or ; devient parfois - echon  en Picardie et Wallonie,
  • ez  : Artois, Hainaut,
  • iau, - iaud, - iault... : Morvan, Charolais,
  • ic  : Bretagne,
  • o : Bretagne (en finale de prénom : Nicolazo, Pedrono…),
  • od  : Franche-Comté,
  • ot  : Bourgogne, Champagne,
  • ouf  : Basse-Normandie (Calvados, Manche) : noms généralement formés sur d’anciens noms de personnes «norrois», apportés à l’origine par les Vikings, sans valoir pour autant d’ancêtres Vikings (pas plus que les noms germaniques ne valent d’ancêtres germaniques),
  • oz  : Savoie, Jura, Dauphiné,
  • s  (après un prénom, en génitif, comme Martins) : Flandres,
  • uc  et parfois - uque  : Haute-Gascogne.

Ajoutons y quelques suffixes révélateurs de noms de lieux, mais aussi de régions, comme : -ville, - court (Champagne, Lorraine) –dorf et –heim (Alsace)…

 

 

Principaux suffixes étrangers signifiant « fils de » :

À quelqu’époque que s’y soient dégagés les noms de famille, chaque pays eut des patronymes faisant référence à la filiation. À l’état de préfixe ou de suffixe, la mention « fils de » est universelle, avec le -s  du génitif anglo-saxon (Martens), le -son anglais et le -sohn allemand (Johnson, Mendelssohn), le -sen danois (Jansen), le -es portugais et le -ez espagnol (Peres, Perez), le -ic ou -ovic serbo-croate, le -ov russe ou le -enko ukrainien (Petrovic, Petrov, Nikitenko), comme encore le -owicz polonais (Pawlowski), le -ovics  hongrois (Milanovics) et le -poulos grec (Athanassopoulos). S'y ajoutent encore le -ian arménien (Petrossian) et le -oglu turc…